Football – Ligue des champions : Liverpool met City dans le rouge

Le défi était de taille. Qui mieux que Pep Guardiola et son irrésistible armada, souveraine en Premier League, pouvaient tenter de renverser une situation si mal engagée ? Man City a longtemps cru le défi possible, mais le mirage s’est estompé après une heure de jeu. Une heure durant laquelle les Citizens ont mis une partie des ingrédients pour matérialiser l’exploit, que ce soit l’ambition ou l’énergie. Mais à l’arrivée, c’est bien Liverpool qui a le dernier mot, avec une nouvelle victoire probante (2-1) qui donne à cette qualification une dimension encore plus incontestable.

Guardiola joue la carte offensive

Avant même le coup d’envoi, Pep Guardiola avait annoncé la couleur : oui, il avait bien l’intention de jouer le coup à fond, et sa composition était là pour en témoigner avec 6 joueurs à vocation offensive (Sané, Bernardo, Jesus, Sterling, De Bruyne, David Silva). C’est donc sans grande surprise que son équipe a acculé les Reds d’entrée de jeu. En ayant, qui plus est, la bonne idée de marquer très rapidement, histoire de chauffer un peu plus l’ambiance. Sterling, plus concerné que van Dijk, a permis à Gabriel Jesus de gravir une première marche vers l’exploit (1-0, 2e).

Le jeu offensif de Man City pèse, comme à l’aller, largement à gauche. Mais si Sané connait un peu plus de réussite dans ses initiatives qu’à Anfield, c’est bien son pendant côté droit, Bernardo Silva, qui se procure les meilleures opportunités. Le Portugais manque de peu le cadre (39e) avant de trouver le poteau (42e).

Salah-Mané, duo infernal

Man City ne le sait pas, mais sa chance est passée. Guardiola, pour des mots auprès de l’arbitre espagnol Mateo Lahoz sur le chemin des vestiaires à la mi-temps, est renvoyé en tribune pour la deuxième période. Il assiste impuissant au délitement progressif de son plan de jeu. Car ses joueurs n’ont plus assez d’essence dans le moteur après l’énorme débauche d’énergie consentie pendant 50 minutes.

Liverpool, qui ne s’était concentré jusqu’ici que sur la défense hormis sur deux initiatives d’Oxlade-Chamberlain (41e, 45e), sort du bois et en profite pour claquer la porte au nez de son adversaire. Comme souvent cette saison, les Reds le doivent en partie à Salah, buteur plein de sang-froid après un travail de Mané (1-1, 56e). L’Égyptien, sur une jambe durant cette rencontre, n’a pas ménagé ses efforts. Idem pour Firmino, longtemps réduit à un travail de l’ombre avant de surgir pour entériner définitivement ce succès (1-2, 77e). Liverpool retrouve le dernier carré de la compétition, 10 ans après. Il y retrouvera un autre invité surprise, l’AS Roma, qui elle a réussi sa « remontada » en dominant le FC Barcelone (3-0, 1-4 à l’aller).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *